La dynamique est engagée.

Publié le par PS Charleville

convergence.jpg« Le rassemblement est notre talisman », rappelait François Mitterrand. C’est sous cet auspice que Ségolène Royal a construit sa candidature : rassemblement des français, rassemblement des traditions politiques de gauche de notre pays.

Le rassemblement des français n’est pas qu’une formule pour Ségolène Royal ou une vielle antienne périmée. Elle essaie avec ses débats participatifs de lui donner un coup de jeune pour aller au-delà de l’arithmétique électorale. Répondre à la crise politique qui secoue notre pays impliquait que les français se saisissent eux même des solutions, qu’ils en soient les acteurs et les garants. Cette refondation citoyenne de la politique est indispensable : on ne gouverne pas la France contre son peuple. Elle a produit le pacte présidentiel qui permet en toute clarté de présenter un très bon projet présidentiel.

S’ajoute à cette démarche la main tendue, dès le départ, à nos amis les plus proches du Mouvement Républicain et Citoyen et du Parti Radical de gauche. Là encore, il n’était pas question de calculs d’apothicaires dans une arrière-salle mais du débats et d’accords politiques avec le MRC  et le PRG sur les questions de fond qui regardent le progrès et l’avenir de notre pays.

Le PS est le parti de la synthèse républicaine. Dimanche dernier, les français ont réaffirmés cette position de colonne vertébrale de la gauche dans le pays en donnant près de 26 % de leurs voix à Ségolène Royal. L’ensemble de la gauche écologiste ou radicalisée a immédiatement appelé à battre Nicolas Sarkozy en votant pour Ségolène Royal. On ne compte plus les soutiens dans la gauche associative ou syndicale, à l’image du syndicat national de l’enseignement supérieur FSU.

De son côté, Nicolas Sarkozy qui n’a cessé de produire un discours binaire, de clivage et de conflit, ne récolte que des ralliement anecdotiques. La dynamique de rassemblement est donc bel et bien à l’œuvre à gauche. Elle peut tout à fait l’emporter le 6 mai.

Publié dans Présidentielles

Commenter cet article