Parrainage républicain de Svietlana Tchibissova.

Publié le par PS Charleville


La cérémonie du parrainage républicain d'Arseni et Svietlana Tchibissova fut un moment de grande convivialité et d'émotion. Elle a rassemblé des élus et des militants de tous horizons, de toute la gauche, en particulier socialiste, communiste et verte, des représentants de nombreuses associations, de syndicats, des citoyens, des amis. Toute la "famille" était réunie Samedi dernier dans la salle éthiopienne de la Mairie.
De nombreux journalistes ont couvert cette manifestation, notamment France 3 Champagne-Ardenne. On doit saluer le travail exceptionnel dans la durée puisque dès le mois de décembre 2006, l'antenne de Charleville-Mézières couvrait cette histoire exemplaire. Cet exercice du droit de suite souligne le rôle fondamental de la liberté de la presse dans notre démocratie. Il rappel l'importance que l'on doit accorder au service public d'information que la chaîne régionale assume au côté des stations de radio qui étaient également présentes et de la presse écrite.
Le sujet diffusé au 19-20 est très équilibré, il rapporte fidèlement le point de vue des amis de Svietlana et celui des autorités préfectorales. Il appel cependant quelques remarques complémentaires.

 


 

Cette initiative n'est pas un "pied de nez à la préfecture" contrairement à ce que peut ressentir Mme Delmas-Comolli, préfète des Ardennes. Le Parti Socialiste voudrait sur ce point rassurer respectueusement les représentants du Ministère de l'intérieur. Ce parrainage n'est pas une entorse à l'unité de la République.

 

Au contraire. L'unité de la République est fondée sur l'égale dignité des êtres humains qui y résident, quels qu'ils soient. C'est le sens du rappel à la laïcité contenu dans le très bel article premier de notre constitution.

 

"La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale."

 

 

 

En effet, en France, terre laïque, nous considérons d'abord la situation des personnes et protégeons leurs droits fondamentaux (comme le droit à l'existence) indépendamment  de leurs origines, de leur religion et même de leur nationalité. Pour dire les choses franchement, ça n'est pas parce que le mari de Mme Tchibissova est français qu'il a droit de vie et de mort sur son épouse biélorusse. Ca n'est pas parce que Mme Tchibissova n'est pas française qu'elle doit renoncer à la dignité que nous reconnaissons à toute personne humaine sur le territoire national.

 

La France est une Nation politique. Elle n'est pas fondée sur la subordination à un époux, le droit du sang, la génétique, ou la fortune de ceux qui y résident. Elle est bâtie sur les liens qui nous unissent, nous font vivre ensemble solidairement. En présidant cette cérémonie, Claudine Ledoux n'a fait que constater et renforcer les liens indissolubles qui unissent Mme Tchibissova et son fils à Charleville-Mézières et à la République.


Publié dans Charleville-Mézières

Commenter cet article

Tom 08/11/2007 16:37

Alors je comprend mieux. Je ne veux pas m'exprimer à la place du PS de la vallée.Mais je crois que les socialistes en restant sur leur quant-à-soit ont prit fait et cause pour l'industriel à l'époque. Tout comme les organisations syndicales et de nombreux habitants qui ne voulaient pas voir l'entreprise partir. C'est, je crois une faute de notre part de nous être laisser aveugler par des spécialistes qui minoraient les dangers, la masse des gens qui craignaient la désindustrialisation, les intérêts bien compris d'une minorité de gens. Mais ne chargez pas trop la barque sur les politiques. Ce ne sont pas eux les empoisonneurs.Lorsque nous nous sommes rendus à l'évidence il était trop tard et le mur de silence qui a été bâti était si épais que même les tribunaux ont pris des décisions décevantes.Il y a une responsabilité collective qui est engagée, dont la notre. Il s'agit maintenant de comprendre pourquoi les voix contestataires n'ont pas été prises en compte.Rien ne garanti qu'un tel drame ne se reproduirait pas à l'identique. C'est donc une question de pouvoir et là on rejoins le thème de ce billet. On doit organiser le pouvoir dans notre pays de telle manière que jusqu'au plus haut niveau de l'Etat la parole des citoyens, de tous les citoyens soit prise en compte lorsqu'ils portent l'intérêt général. Il s'agit donc d'organiser les énergies dispersées, par exemple au plan départemental, que chaque association puisse être présente dans des états généraux permanents sur les questions sociales et environnementales (puisque ce sont les enjeux majeurs de demain), que ces Etats généraux aient une représenation démocratique nationale, avec les moyens de l'expertise, du contrôle.Qu'en pensez-vous ? Que proposeriez-vous ?

bourquin d'hier et d'aujourd'hui 08/11/2007 08:57

Votre vue baisse mon cher Thomas: voici ce que vous et vos amis écrivez dans votre article : en France ...nous protégeons les droits fondamentaux..."Est-ce que par hasard, les Bourquins n'auraient pas aussi des droits fondamentaux à la santé, la dignité, la vérité ...?Recherchez bien le sens de l'adjectif fondamental et vous aurez compris le 'Fundament 'de ma question. J'approuve votre action en faveur des victimes de l'ostracisme mais je répète ma question : qu'a fait le PS de la Vallée , du Plateau ou de chez Gonzague en faveur des enfants malades de Bourg-Fidèle ? A ma connaissance, rien ; et même pire : vous niez le pb. Le 11 Novembre, je penserai à mon Grand-Père mort en ce jour de 1918 et aussi aux victimes des tueries industrielles . Au fond, les mêmes causes!                                           Jean-Pierre ANDRY 

Tom 07/11/2007 00:39

Désolé Jean-Pierre, je n'avais pas vu votre commentaire. On vient de me prévenir. Excusez moi d'être un peu brutal, mais je ne vois absoluement pas le rapport entre le parrainage Républicain de Svietlana Tchibissova et Metal Blanc. Peut-être que vous pourriez préciser, ou mieux, aller poser la question au Député de la vallée.

bourquin 03/11/2007 09:07

Alors quoi, Thomas, vous n'avez-rien à me dire?

jean-Pierre ANDRY 01/11/2007 13:53

j'adhère à votre discours. Cependant , comment l'adaptez-vous à la situation dramatique des victimes de l'usine Métal blanc à Bourg-Fidèle? N'ont-elles pas aussi ,comme citoyens français,des droits fondamentaux? Pourquoi le PS ardennais ne les a t'elles pas soutenues dans leur combat contre les coupables: DDASS, DRIRE, Préfet et autres maires et médecins incompétents ? L'industriel est fautif, mais les témoins dont vous êtes aussi !Mes copains morts de saturnisme ne ressusciteront pas !En ce jour de Toussaint, aux martyrs de l'industrie sauvage , mon respect et ma solidarité! Jean-Pierre ANDRY  du Bourg!