La loi Pécresse ralentira le développement de Charleville-Mézières.

Publié le par PS Charleville

Les jeunes de Charleville-Mézières vont souvent faire leurs études ailleurs et ne reviennent pas. La municipalité, la région et parfois le département (quand il ne ferme pas les collèges) soutiennent donc toutes les initiatives qui permettent de former les ardennais. La ville se mobilise par exemple en achetant des locaux de formation, en défendant les projets utiles aux Ardennes. C'est une question de promotion sociale, de dynamisme économique.
Faciliter l'accès à un enseignement à proximité, c'est une manière de démocratiser l'enseignement supérieur, de ralentir le vieillissement de la population en maintenant les étudiants ici. Faire vivre un étudiant à Reims coùte très cher aux familles.

 

universit--.pngA la fac de Reims, la mobilisation contre l'autonomie de l'université s'est cristallisée contre la diminution de la surface du département de sciences sanitaires et sociales (SSS) qui risque de se réduire à un simple département de sociologie. Les étudiants s'appuient sur un avis du Conseil National des Etudes Supérieures et de la Recherche.
Ils considèrent, ainsi que leurs professeurs, avec raison, que la transdisciplinarité,
le fait d'aborder les questions sanitaires et sociales sous plusieurs aspects scientifiques est nécessaire.

La droite reproche à l'université de former des sociologues et des psychologues déconnectés du monde du travail, mais à Reims, elle enferme les sciences sociales dans une espèce de tour d'ivoire disciplinaire en étranglant financièrement l'enseignement supérieur et la recherche.
 

 


Si l'Université de Champagne-Ardenne renonce petit à petit à proposer un enseignement de sciences sanitaires et sociales, alors il sera plus difficile d'obtenir dans de bonnes conditions un IUT de plein exercice pour Charleville-Mézières. L'un des projets soutenu par l'équipe municipale est la création d'un DUT franco-belge dans le domaine de la sécurité et de l'hygiène industrielle. Cette idée s'inscrit parfaitement dans un cadre européen, répond à de possibles débouchés sur le bassin d'emploi. Cette formation participe au rayonnement et à la cohérence du projet d'établissement. Elle peut s'appuyer sur une communauté de chercheurs reconnus. L'autonomie financière et la restriction du projet pour les sciences sociales de la fac champ-ardennaise va à l'encontre du développement de Charleville-Mézières et de l'agglomération Cœur d'Ardennes.

Publié dans Services publics

Commenter cet article