Le budget de la culture : Charleville-Mézières étranglée

Publié le par Conseil Municipal de Charleville-Mézières

CONSEIL MUNICIPAL de CHARLEVILLE-MEZIERES

Voeu présenté par la majorité municipale

Pendant une quinzaine de jours, l'Institut International de la Marionnette nous a enchanté en fêtant dignement son vingtième anniversaire avec la troupe mondialement connue du Royal de Luxe. La révolte des mannequins initiée dans nos vitrines et qui a intrigué, puis passionné les carolomacériens, va désormais parcourir les grandes villes du monde. Pourtant, en coulisses, les choses vont mal car les crédits alloués par le ministère à l'ITM et à l'ESNAM connaissent une baisse de 100 000 €uros sur 2 ans ! Cette politique de vache maigre annonce de rudes difficultés budgétaires alors même que l'Institut est en pleine expansion après avoir retrouvé le souffle initié par Mme Niculescu.

La ministre en personne, Mme Albanel, a reconnu que le budget 2008 de la culture était un budget d'austérité contraint , alors même que le rapporteur parlait d'une baisse des crédits de paiements de 17 %.

Le secteur des monuments historiques est incontestablement le plus sinistré. A Charleville-Mézières, cela nous concerne au plus haut point car nous avons tout lieu d'être inquiets :

Il nous avait fallu des années de démarches, de supplications et de pressions pour que commence enfin la réfection du portail Sud de la Basilique Notre Dame d'Espérance, qui devrait s'achever bientôt. Mais tout l'ensemble extérieur de l'édifice reste en mauvais état, notamment le grand portail ouest. Un lourd programme de travaux conservatoires s'impose. Quand commencera-t-il ?

De report en report, le cas du pavillon de la Place Ducale avait subi un sort  assez similaire, la Ville et les particuliers ayant même fini, en quelque sorte, par faire "une avance à l'Etat" avant que ne commencent les travaux. La suite ne laisse pas d'inquiéter car le départ des échafaudages, en 2008, risque d'augurer une longue période d'abandon.

Au regard de ces éléments, le Conseil Municipal de Charleville-Mézières demande au gouvernement de revenir sur le principe de l'abandon de la subvention de l'IIM qui serait une bien maigre récompense du travail accompli, et souhaite qu'un collectif budgétaire supplémentaire prenne réellement en compte les nécessités de la conservation du patrimoine de notre ville.

Publié dans Charleville-Mézières

Commenter cet article

Tom 22/11/2007 16:07

Ajoutons à ça la démolission il y a deux ans la destruction des aides fiscales du domaine préservé qui concerne par exemple la place Ducale et le paysage sera presque complet. Aux propriétaires de se débrouiller avec les collectivités locales.

Bruno Lamothe 21/11/2007 19:13

Nicolas Sarkozy avait promis durant sa campagne d’allouer 4 mds € sur dix ans, soit 400 millions d’euros par an, aux monuments historiques afin de "redonner sa splendeur au patrimoine". En fait il n'en est rien, et la situation en 2008 sera pire qu'en 2007 !Et que dit le rapport sur le budget de la mission culture pour 2008 ?"De nombreux travaux ont ét programmés en 2007 à la faveur du plan d’urgence de protection du patrimoine. Les DRAC craignent cependant qu’une crise budgétaire, comme ce fut le cas en 2005 et 2006, ne mette à nouveau un coup d’arrêt aux opérations engagées l’année dernière", dénonçant "A court terme, des effets dramatiques, notamment en région".Le désengagement de l'Etat de l'Institut International des Marionnettes et de l'ESNAM remet en cause non seulement le rôle de moteur mondial de Charleville-Mézières dans le monde en la matière, mais aussi toute la filière des arts et spectacles du vivant !Il est bien de voir la municipalité se mobiliser pour que l'Etat joue son rôle, tandis que la députée ne fait rien et valide l'ensemble de ces choix pour le moins contestables. Voilà la vérité.