Réforme des BEP : Charleville-Mézières est concernée.

Publié le par PS Charleville

Le BEP est le deuxième diplôme ouvrier après le CAP. Il se prépare en 2 ans et ouvre la voie au bac pro (qui se prépare dans ce cas en deux ans également) ; une année supplémentaire est même souvent nécessaire. En ce moment ont lieu les conseils de classe de troisième. Les élèves, leur famille, la communauté éducative commence à envisager l'orientation professionnelle qui se concrétisera l'année prochaine. Ils avaient le choix entre une orientation en BEP ou une orientation vers une seconde pro et la préparation du bac sur trois ans. La "réforme" du BEP consistera ni plus ni moins à supprimer ce choix dans près de la moitié des cas. La filière BAC pro en trois ans restera la seule possible.
orientation3-stockxpertcom-id22727-size1.jpgOr, le 29 octobre dernier, Xavier Darcos a fixé la liste des filières de BEP qui disparaîtront, remplacées par une intégration en bac pro de trois ans. Cette liste est arrivée au rectorat de l'académie de Reims la semaine dernière. Pour l'heure les filières plasturgie et fonderie du lycée Bazin à Charleville-Mézières sont concernées. Tout cela s'est fait sans la moindre discussion sérieuse, comme d'habitude.

Les organisations syndicales d'enseignants craignent que les filières STI et STG ne soient en ligne de mire, ce qui conduirait à couper la voie du BTS aux élèves des filières technologiques et professionnelles. Il ne resterait plus alors aux élèves que l'université qui est totalement inadaptée ou l'apprentissage, (payé autour 20 % du SMIC) que la majorité des élèves ne terminent jamais.

bac-pro1.gifCette "réforme" ne conduit pas à donner l'accès au bac aux élèves les plus en difficultés, elle vise seulement à sélectionner par l'échec ceux qui préparaient un BEP et ne se sentaient pas capable financièrement ou scolairement de s'engager dans une formation de type "bac" immédiatement.

Faire passer le cursus de 2+2 ans à 3 ans, c'est juste un moyen d'économiser de l'argent sur le dos des élèves et sur le niveau de formation des futurs travailleurs. En réduisant le cursus de quatre à trois années, le Ministre pourra ainsi supprimer 10 000 postes d'enseignants cette année comme il l'a annoncé en juin. D'ailleurs il est prévu de faire disparaître une heure de soutien scolaire individualisé par semaine. Cette réforme va affaiblir l'efficacité économique de la Nation pour des raisons comptables.
L'enseignement professionnel en France est une filière d'excellence. C'est grâce à la formation de ses travailleurs, les plus productifs de la planète, que notre pays maintient son rang alors même qu'il ne dispose pas de ressources naturelles particulières.

Publié dans Education

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article