A Charleville-Mézières, le service public d'orientation a besoins de moyens

Publié le par PS Charleville

orientation.gifLa campagne présidentielle a permis l'émergence d'un consensus sur la nécessité d'une réforme de l'orientation professionnelle des élèves et des jeunes adultes. Une formule a même fait l'unanimité : "service public de l'orientation". De l'association des Conseillers d'Orientation jusqu'à l'Union Nationale des Lycéens en passant par la plupart des organisations syndicales et des associations de parents d'élèves, chacun s'accorde à dire qu'il y a là un angle mort dans notre système éducatif, une grave défaillance. Même la droite a estimé qu'un service public unifié au niveau national semble aujourd'hui indispensable. 150 000 élèves qui chaque année, quittent le système scolaire sans diplôme, voilà qui pose un sacré problème à la Nation.

Et pourtant…

Pourtant, il semble bien que contrairement à ce beau discours, le projet de régionalisation de l'orientation fasse toujours partie des objectifs du gouvernement. On se souvient que cette idée avait mis l'ensemble de la profession dans la rue en 2005, ce qui avait conduit à une reculade du gouvernement Raffarin. On sait depuis que la décentralisation est la méthode traditionnellement employée par la droite pour se décharger des missions de l'Etat sans débourser un centime.


Dans le même registre, une récente décision de Xavier Darcos ne lasse pas d'étonner. Il est clair que l'orientation est un métier à part entière, qui nécessite des compétences spécifiques, notamment en psychologie, des connaissances approfondies sur les débouchés professionnels de tout l'éventail de formation et une forte disponibilité afin de travailler au plus près des familles, des élèves et des professeurs.

Malgré cela, le Ministre a décidé de charger les professeurs principaux de l'entretient d'orientation individuel en classe de première. Ce même dispositif imaginé en 2006 pour les élèves de troisième avait fait l'unanimité contre lui. Ce type de tâche devrait être confié logiquement à un Conseiller d'Orientation Psychologue dont c'est le travail.

Hélas, à Charleville-Mézières, il n'y a qu'une dizaine de Conseillers d'Orientation. C'est tout juste suffisant pour assurer les permanences d'accueil. Notre zone d'influence comprend pourtant vingtaine de collèges et de lycées. Philippe observait que compte tenu du projet de loi de finance 2008,  les départs en retraites ne seraient pas compensés totalement.

Une fois de plus, la droite fait du bricolage, abreuve de belles paroles tout en jouant la politique du chat crevé au fil de l'eau.

Pour mémoire, le CIO de Charleville-Mézières, c'est au 4 rue du Musée. Une visite est vivement conseillée à nos jeunes lecteurs. Rien ne vaut une démarche volontaire.

Publié dans Services publics

Commenter cet article

lefuret54 20/09/2008 13:59

L'orientation devrait être la première priorité dans l'enseignement. C'est là que nous choisissons notre vocation et que nous choisissons par conséquence notre parcours scolaire.Laisser les élèves dans le flou, c'est les démotiver et les laisser dans l'échec scolaire.

Tom- 21/12/2007 20:01

Michelle, nous on est bien content que vous soyez contente. Je ne doute pas que vous vous ferez l'echo de la préoccupation de l'executif régional concernant ces transferts de charge non compensés à l'occasion du billet sur le budget que vous avez évoqué.

Michèle Leflon 20/12/2007 20:04

Je suis bien contente de voir cet article sur ce site ! Car il y a des rumeurs d'expérimentation de la décentralisation des CIO dans certaines régions et je n'ai pas encore entendu tous les conseillers régionaux socialistes de notre région, et en particulier le président Bachy, s'exprimer clairement contre une telle expérimentation. Cela serait particulièrement tragique dans notre département car le caractère national de l'orientation est indispensable pour tirer vers le haut l'ambition des Ardennais et augmenter le niveau d'études.Pour info, le MODEM s'est, par la voix de J. Jeanteur, clairement exprimé pour la régionalisation des CIO mardi au conseil régional

Bruno Lamothe 14/12/2007 01:09

Bien entendu, c'est une liquidation, sur le modèle Raffarin, du service public de l'orientation, sous couvert de "régionalisation". En réalité, l'objectif principal, unique même, est de diminuer le nombre de fonctionnaires de manière pas trop voyante. Et tant pis si on hypothèque l'avenir de ces jeunes...Cette droite me fait honte.