Le logement à Charleville-Mézières a besoins du Livret A.

Publié le par PS Charleville

Manchester ou la Ronde Couture, pour ne citer que deux exemples, comptent respectivement 79 et 82 % de logements hlm (Habitat à Loyer Modéré). Ca fait partie de l'identité de ces quartiers. Ca fait partie entre autres, des raisons pour lesquels nous sommes attachés à ces quartiers tout en étant souvent excédés par les difficultés qui s'accumulent. 79 % ou 82 % c'est sans doute trop. C'est sans doute excessif et mal réparti sur le territoire urbain. La Rénovation Urbaine est le prolongement d'une politique engagée à Charleville-Mézières il y a plus de dix ans avec par exemple la création du marché le dimanche. La Rénovation Urbaine n'est pas un point final, c'est un point d'étape qui ne va pas tout résoudre d'un coup de baguettes magique.

L'histoire du logement social à Charleville-Mézières n'est pas achevée. Rechercher des financements est un combat quotidien des élus municipaux et des acteurs de terrain dans les quartiers.

Cette histoire a mobilisé d'importants moyens par le passé et elle aura encore et toujours besoins de ces moyens au premier rang duquel figure la collecte du Livret A de la Poste et des Caisses d'Epargnes. C'est le travail de la Caisse des Dépôts et Consignations. L'argent déposé par les épargnants sert en théorie à bâtir des logements HLM. C'est une tâche à laquelle les marchés financiers sont incapables de répondre.

L'utilisation du Livret A est parfois détournée dans des opérations boursières auxquelles se livre l'Etat. Parfois c'est pire. Après tout, la commission des finances de l'assemblée nationale, à propos d'EADS, soupçonne la Caisse des Dépôts d'avoir participé à un délit d'initié au profit de Monsieur Lagardère (que Monsieur Sarkozy appel son "frère").


Lagardere : "je préfère ne pas répondre à votre question"
envoyé par netruner


L'UMP et les centristes ont refusé la création d'une commission d'enquête parlementaire sur EADS.

canal-st-martin-certains-riverains-exigent-un-rabais-sur-leurs-impots-reference.jpg Un autre mauvais coup se prépare contre le financement du logement social par le Livret A.
A Bruxelles, la Commission Européenne a estimé que la concurrence libre et non faussée exige que toutes les banques puissent proposer le Livret A et qu'elles ne soient pas obligées de reverser les sommes à la Caisse des Dépôts et Consignations.
C'est la mort assurée pour le financement de la construction de logements HLM accessible à tous les foyers.
Une pétition circule qui exige :

  • - que le Président de la République, le Gouvernement et le Parlement consacrent dans une loi organique la pérennité de la centralisation à la Caisse des dépôts de la collecte du livret A pour soutenir la réalisation de logements sociaux dans des conditions égales partout et pour tous.
  •  
  • - que la France, par l’intermédiaire de son gouvernement, maintienne son recours à Bruxelles contre la banalisation de la collecte du livret A. Et le mouvement HLM doit lui aussi contester cette décision auprès des institutions communautaires comme partie prenante touchée par les conséquences négatives de cette ouverture à la concurrence.

Signez la pétition "Défendons le logement social"

Publié dans PS étincelle

Commenter cet article

Bruno Lamothe 20/12/2007 18:31

La France s'était opposée à la banalisation du livret A. C'est Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde qui ont décidé, eux, de ne pas attendre les résultats des recours engagés par l'Etat. C'est plus qu'un mauvais coup, c'est un scandale, à l'heure où le Président de la République veut forcer les offices HLM a vendre 40.000 logements.