Mémoire des 11 000 postes d'enseignants supprimés :

Publié le par PS Charleville

A prendre au second degré.

Réactions globalement positives

Le projet de Nicolas SARKOZY de confier à chaque élève de CM2 la mémoire des 11000 postes supprimés cette année dans l'Education Nationale prête à discussion.

'' Nous savions que le Président ferait une proposition au sujet de la suppression des 11 000 postes cette année dans l'Education Nationale, mais là, nous avons été vraiment surpris, et même très agréablement surpris'' déclarent les principaux représentants de la Fonction Publique, réunis hier.

Nicolas SARKOZY s'est livré, devant un auditoire qu'il savait particulièrement acquis, à l'une de ces annonces impromptues dont il a l'inimitable secret. A partir de la rentrée 2008, chaque élève de CM2 devra connaître personnellement l'intitulé et la localisation d'un poste supprimé dans l'Education Nationale cette année : il devra se livrer à une petite enquête sur l'Etablissement ou le Service, les collègues, les disciplines, et les élèves concernés.

'' Cette relation personnelle, affective, pourra ensuite permettre de construire un travail pédagogique'' a estimé Xavier DARCOS, le ministre de l'Education nationale.


Pour Marie-Pierre LOB-CERVELLE, psychologue en pédiatrie générale, cette proposition présidentielle est ''une véritable aberration !''. L'enfant de CM2 pré-pubère n'étant pas capable, selon la spécialiste, de supporter sans culpabilité un tel fardeau.


L'historien Emile MILAN, spécialiste des coupes claires dans la Fonction Publique, critique lui aussi vertement l'initiative: ''Jetée sans aucune préparation dans l'espace public comme tant d'autres annonces, cette initiative, et le bruit médiatique qu'elle provoque, vient troubler le respect et le silence qui doivent entourer les victimes du libéralisme''.


Pourtant, comme l'affirme Patrick MARCONI, chroniqueur accrédité, '' L'école publique doit enseigner l'histoire, toute l'histoire, avec ses zones d'ombre et de lumière. Il s'agit d'encourager les valeurs du souvenir, l'éveil des consciences. C'est cela, l'école de la République!''.


Le ministre a chargé Claude VOILOIN, Président de la Fondation pour le Souvenir de la Fonction Publique, d'une ''mission en vue d'élaborer les documents pédagogiques valorisant ce travail confié aux enseignants du primaire''.

Commenter cet article