Charleville-Mézières - Kaboul (En passant par Washington)

Publié le par PS Charleville

Ce billet inaugure une série consacrée aux questions de défense. Ils articuleront comme souvent sur ce blog les problématiques nationales, voir internationales avec leur impacte local. Il commence par le contexte général dans lequel s'inscrit notre réflexion.

Quelle réforme de la Défense ?

La défense est une politique de long terme

Les modalités, la façon dont une réforme est élaborée et le contenu de cette réforme sont intrinsèquement liés. En France, les grandes réorientations militaires sont débattues par des commissions du Livre blanc sur la défense. Elles rassemblent experts militaires, membres de l'exécutif et parlementaires. Cette méthode permet en théorie de forger une doctrine, d'élaborer l'outil de défense adapté aux menaces présentes mais aussi futures. Bref, elle fixe un cap.
En matière militaire, le temps long est indispensable. Entre l'identification d'une nouvelle menace, la conception d'une stratégie militaire puis d'une tactique, l'élaboration industrielle de l'armement et la formation des hommes chargés de répondre au danger, il se passe une dizaine d'années. C'est le temps qu'il a fallut entre l'élaboration du concept stratégique du char Leclerc, censé remplacer l'AMX 30 au début des années 80 et le démarrage des chaînes de montage en 1990.

Ordres, contre-ordres : désordre.

Cette méthode du Livre Blanc a été dévoyée. Le précédent Livre blanc, publié en 1994 devait forger un concept stratégique adapté aux lendemains de la chute du mur de Berlin. Les conclusions ont été rendues mais dans le même temps, le Président de la République, Jacques Chirac, engageait la professionnalisation des armées, sans tenir compte du travail de prospective qui avait été réalisé. Ainsi, depuis 15 ans, la Défense de la France, de ses intérêts vitaux et de ses principes sur la scène internationale navigue à vue. Sans aucune vision prospective. Les réformes s'enchaînent sans aucune vision d'ensemble.

En l'absence de cette vision d'ensemble, une réforme en chasse une autre, annulant ses effets.

Le 3ème Régiment du Génie à Charleville-Mézières est ainsi toujours équipés d'Engins Blindés du Génie montés sur châssis d'AMX 30 alors que la rationalisation de la maintenance, son efficacité et les économies qui en découlent voudraient que ces engins soient des dérivés du Leclerc. Si on veut envoyer, posons l'hypothèse, le 3ème RG à Mourmelon où est stationné le 501/503ème Régiment de Char de Combat, équipé de Leclercs, les économies réalisées sur la maintenance seront quasi nulles puisque ce ne sont pas les mêmes matériels. On pourrait multiplier les exemples de ce type.

La prochaine réforme : un gaspillage de plus

Nicolas Sarkozy vient d'en donner un nouvel exemple. La réforme qui s'annonce consiste à concentrer sur 90 grandes bases de défense les unités militaires, et donc à en abandonner une cinquantaine dont il est vraisemblable que Charleville-Mézières et le centre d'entrainement commando à Givet fassent partie. Elle s'inscrit dans le cadre de la Revue Générale des Politiques Publiques (RGPP) qui concerne tous les services de l'Etat.
Sur ces nouveaux sites militaires, il va falloir construire des locaux, élargir les routes, renforcer les ponts. Dans un premier temps la réforme va coûter cher. Mais les économies attendues à long terme ne seront pas au rendez-vous.

Quelles raisons à cet échec programmé ?

Parce qu'une foi de plus, la dimension prospective a été négligée. La commission du Livre Blanc n'a pas été tenue informée des implications militaires de la RGPP (même si, soyons honnêtes, certains de ses membres ont fini par la voir venir), or c'est dans cette instance que s'est élaborée la réflexion de fond. Si le "3" doit déménager, il laissera derrière lui des locaux flambants neufs : défaut de prospective. Dans ces conditions, il est évident qu'un certain nombre d'unités ayant posé leur paquetage dans leur nouvelle implantation n'auront même pas le temps de déballer leurs affaires qu'ils seront envoyés ailleurs ou même dissous : défaut de prospective, encore.
Une réforme chasse l'autre. C'est comme ça que cela fonctionne depuis 15 ans au moins. Rien n'indique que la manière de conduire la Défense de la France n'ait changé, au contraire.
C'est la raison pour laquelle les parlementaires socialistes ont annoncé leur démission de la commission du Livre Blanc cette semaine. C'est l'une des raisons pour lesquelles à Charleville-Mézières, le Parti Socialiste est opposé au départ du 3ème Régiment du Génie.

Publié dans Services publics

Commenter cet article

Florian Glay 10/04/2008 19:42

Le mjs08 s'oppose aussi a ce départ est demande des comptes 0 Mr Sarkozy et Madame Poletti qui avait pourtant télement promi

Bruno Lamothe 10/04/2008 17:44

Voilà un brainstorming qui porte ses fruits...Très bon billet, comme d'habitude. A noter, également, l'initiative des Maires de France contre les "orientations" gouvernementales (j'en parle un tout petit peu ici : http://jurisconsult.canalblog.com/archives/2008/04/10/8722949.html)