Sénatoriales : loyal aux Ardennes

Publié le par Manuel Ramalhete


Les Ardennes renouvellent les sénateurs en septembre 2008. Je suis candidat à l’élection sénatoriale.
Maire adjoint de Charleville-Mézières chargé des affaires scolaires, je suis Vice Président de Coeur d’Ardenne délégué à la Politique de la Ville et à la prévention de la délinquance. Je siège également au Conseil d’administration du S.D.I.S., de l’association de gestion du P.L.I.E, de la Maison de l’emploi, de même qu’à la F.D.E.A.
J’ai demandé à Françoise CAPELLE d’être ma suppléante. Première adjointe au Maire de Vouziers chargée des affaires financières et culturelles, elle est Conseillère régionale de Champagne-Ardenne.
Ces élections sénatoriales interviennent dans un contexte particulier pour la France et les Ardennes.
Comme l’emploi dans les Ardennes, comme la protection sociale en France, des pans entiers de services publics de notre département sont remis en cause :

  • fermeture du Centre d’Entraînement Commando à Givet et de la CRS 23.
  • fermeture du Tribunal de Commerce de Charleville-Mézières
  • suppression des postes de juges d’instruction du Tribunal de Grande Instance et fermeture des tribunaux d’instance
  • désertification postale progressive
  • fermetures de classes toujours plus nombreuses.

Les dotations d’Etat en diminution accompagnent des transferts de charges et de compétences en direction des collectivités locales.
Ces transferts ne sont pas accompagnés des ressources permettant de les assumer, contraignant ainsi les élus à choisir entre moins de services ou plus d’impôts.
Ces décisions sont prises sans réelle concertation avec les élus. Les élections sénatoriales sont une opportunité pour infléchir les modes de prise de décision.

Manuel Ramalhete

Publié dans PS étincelle

Commenter cet article

Bruno Lamothe 03/08/2008 23:42

Si les élus locaux, qui se plaignent de n'être pas écoutés, et de la dureté de nombreuses décisions (carte judiciaire, carte militaire, aéroport, enveloppe normée, etc.), c'est à eux de le montrer, et de saisir l'occasion, la seule qui leur soit offerte de le faire, en septembre prochain. Et nous verrons alors si oui ou non les défenseurs des territoires sont sincères ou de façade.