"La télé, c'est un métier"

Publié le par Manuel Ramalhete

C'est ce qu'a déclaré Patrick de Carolis, l'actuel PDG de France télévision. Il réagissait à l'annonce de la réforme de la désignation des responsables de chaîne par le Président de la République. Il n'est pas sain qu'un homme qui compte tant d'amitiés parmi les patrons de presse, les grands groupes de médias, cumule également la désignation directe des responsables de l'audio-visuel public.
C'est actuellement la tâche du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Cela doit le rester.
Il faut par contre réformer le mode de désignation des membres de cette autorité. Ils le sont aujourd'hui par le Président de la République et les Présidents des assemblées. Les membres du CSA doivent être des spécialistes reconnus, désignées après un débat public au parlement sur la base d'un large consensus. Veiller à la neutralité politique du C.S.A est une garantie d'indépendance de l'audiovisuel.
C'est un gage de démocratie.

Publié dans Services publics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bruno Lamothe 09/09/2008 00:47

Il me semble qu'il devrait également interdit à des groupes privés d'avoir comme actionnaires principaux des sociétés vivant largement de la commande publique. Cela crée un lien, presque de subordination, en tout cas malsain, avec le pouvoir.Quant aux chaines publiques, rappelons que c'est avec François Mitterrand que la Haute Autorité (ancètre du CSA) fut créée pour éviter tout risque de mainmise du pouvoir politique sur l'information et les programmes.