Cohésion du tissu industriel

Publié le par Manuel Ramalhete

L'histoire récente des Ardennes, c'est aussi celle du saccage de la soustraitance. Le tissu de PME-PMI qui forme l'ossature de notre économie sert de variable d'ajustement aux grands groupes donneurs d'ordre. Il est temps de responsabiliser, de solidariser ces grands clients lorsque ça va mal chez leurs fournisseurs.

La logique industrielle doit primer sur la spéculation financière. La loi doit y veiller. La métallurgie est plus que jamais un secteur stratégique. Ce sont pourtant les mouvements de capitaux qui donnent le "la" désormais. La participation d'un fond souverain au capital des grandes entreprises permettrait d'envisager des stratégies de long terme, de sécuriser l'avenir des PME, d'empêcher les délocalisations. Le fond peut être constitué à partir du Fond de Réserve des Retraites et de ressources de la Caisse des Dépôts et Consignations.
Un tissu économique conquerrant, ce sont aussi des infrastructures à son service. La libéralisation du marché de l'énergie pour les entreprises s'est immédiatement traduite par une hausse de plus de 40 % de la facture d'électricité et de plus de 30 % pour celle de gaz. Les bénéfices enregistrés par les fournisseurs ont explosé. La crise pétrolière n'est pas seule en cause. La constitution d'un grand pôle public de l'énergie permettrait de stabiliser les prix tout en rétablissant un rapport de force plus favorable avec nos fournisseurs étrangers.

C'est une toute autre direction qu'a prise le Gouvernement et sa majorité en privatisant partiellement E.D.F. et en autorisant la fusion Suez/G.D.F.

Publié dans Entreprises - emploi

Commenter cet article

Tom- 14/09/2008 20:53

Mouais. Il y a déjà beaucoup d'aide de l'Etat. Je crois surtout que ce sont les grands donneurs d'ordres qui ont externalisé dans les décénies 80 et 90 et qui cherchent à échapper à leurs responsabilités. Quand le nombre de clients d'une PMI se comptent sur les doigts d'une main, c'est qu'en réalité, il ne s'agit pas d'une entreprise qui sous-traite mais du service que quelques multinatonales tiennent sous leur dépendance ; le tout travaillant pour la banque qui englouti les profits.

Bruno Lamothe 14/09/2008 17:57

Il est temps de réorienter les aides de l'Etat vers les PME-PMI, plutôt que de multiplier les subventions aux grandes entreprises, alors même qu'elles sont strictement inutiles.