Service minimum

Publié le par PS Charleville

Un service minimum a été voté en catimini au mois d'août, qui impose un accueil des enfants dès que 25% de maîtres est gréviste..


En clair, que dit la loi ?

  • Toute personne peut encadrer les enfants : pas de formation obligatoire, pas de diplôme obligatoire, pas d'expérience obligatoire.
  • Ce pourront être des personnels municipaux, des parents d'élèves, voire même les élus !
  • Les enfants pourront être accueillis dans tous locaux sans que les conditions de sécurité imposées aux écoles soient ici obligatoires.
  • Aucune règle ne fixe le nombre minimum des encadrants.



Cet accueil est de la garderie sans aucun contenu pédagogique.
C'est un déni de toute démarche d'éducation en direction des enfants. C'est surtout une attaque frontale contre le droit de grève.

L'indemnisation des communes est dérisoire en comparaison du prix réel de cet accueil. Ce sont donc les contribuables locaux qui paieront la différence. En attaquant le droit de grève des maîtres d'école, l'UMP réduit l'éducation à une simple garderie, alourdit les budgets municipaux et met vos enfants en danger.

Les socialistes de Charleville-Mézières s'y opposent.


Publié dans Education

Commenter cet article

bourquin 28/10/2008 21:07

Diantre! Monsieur, vous devez vous y connaître en matière de zéros!

Bruno Lamothe 10/10/2008 23:30

Au lieu de mener une politique de dialogue social avec ses personnels, dont les enseignants, l'Etat préfère prévoir la méthode la plus forte, la plus contraignante, stigmatisant le droit de grève. Mais le problème, ce ne sont pas les enseignants grévistes, mais bien le manque cruel de moyens, financiers, matériels et humains, et les suppressions de postes par dizaines de millions.nb : peut-être que mon commentaire sera publié, cette fois-ci.