SARKOZY A PROMIS AUX ARDENNAIS …

Publié le par PS Charleville

Rappelez-vous, c’était à une époque où le candidat SARKOZY utilisait sa casquette de Ministre de l’Intérieur pour faire campagne dans la France entière à grands coups de promesses électorales.

Rappelez-vous, c’était le lundi 18 décembre 2006 à Charleville-Mézières.
Pour venir à la rencontre de « La France qui souffre », le candidat SARKOZY s'était fait accompagner par 5 compagnies de CRS et de gardes-mobiles qui ont séquestré pendant plus d'une heure une délégation de Maires et d'élus, emmenée par Claudine LEDOUX, venus le rencontrer pour lui parler des problèmes du département.

Rappelez-vous, c’était le lundi 18 décembre 2006 et son fameux discours à « la France qui souffre » :

Je veux [vous] dire les yeux dans les yeux que je dirai tout avant l'élection parce que je ferai tout après. Je sais que vous vous êtes souvent sentis trahis.

Je ne vous trahirai pas. Je ne vous mentirai pas. Je ne vous abandonnerai pas.

[…] Ce que je voulais vous dire ce soir est simple.

[…] De ce pays de soldats, d’ingénieurs et de poètes, au milieu de mille obstacles et de mille difficultés, malgré les erreurs du passé, malgré les handicaps du présent, nous allons faire ensemble l’exemple du renouveau français.

[…] Ici nous marierons l’ancienne économie à la nouvelle.
Ici nous inventerons la métallurgie du futur.
Ici nous inventerons un nouveau modèle de développement durable qui réconciliera l’industrie avec la nature et le travail avec la qualité de la vie.

Ici nous mettrons la France au cœur de l’Europe.
Ici nous arrêterons ce mouvement fou qui vide les territoires pour remplir les banlieues.
Si vous le voulez, nous léguerons à nos enfants non une France de misère et de souffrance mais une France heureuse et fière d’elle-même.
Nous leur léguerons non une promesse d’exil mais une promesse de réussite.


LE BILAN DE SES PROMESSES ?

Mobilisation de crédits sur la ligne ferroviaire Givet-Dinant : Sarkozy a menti !
Création d’un pôle de compétitivité pour stimuler la recherche appliquée : Sarkozy a menti !
55 millions d'euros pour financer la branche ouest de l'A34 qui doit  relier Charleville-Mézières à la Belgique avec un début des travaux pour le deuxième semestre 2007 : Sarkozy a menti !
L'Agence française des Investissements internationaux promouvra partout les Ardennes, leur savoir-faire et dirigera vers ce département des projets d'installation d'entreprises : Sarkozy a menti !
Création de l’Agence Nationale des Titres Sécurisés à Charleville-Mézières : ce sont les Ardennais qui payent les locaux de cette administration !

Par contre, les mauvais coups se sont succédés et se poursuivent : fermeture d’entreprises, de tribunaux, de classes, du CEC de Givet ...

Après des atermoiements ridicules et méprisants (viendra ou viendra pas ? Plan emploi ou pas de plan emploi ? ), le Président SARKOZY vient mardi 28 octobre à Rethel pour se féliciter de la fusion UNEDIC – ANPE, qui, pourtant, ne règle en rien les problèmes d’emploi dont sont victimes les Ardennais !

Comme l’ensemble des Ardennais, le Parti Socialiste et ses élus attendent toujours du Président SARKOZY qu’il tienne les promesses du candidat SARKOZY concernant les Ardennes, l’emploi et le pouvoir d’achat.

Publié dans Entreprises - emploi

Commenter cet article

Bruno Lamothe 29/10/2008 09:07

Lors du Conseil de Paris du 20 octobre dernier, Christine Lagarde, accessoirement ministre de l'économie et des finances déclarait, à propos de la fiscalité parisienne en hausse sur les deux prochaines années : "je sais qu'il [le maire de Paris] l'avait annoncée pendant sa campagne, mais était-ce une raison pour le faire ?".Je pense que cela résume admirablement la pensée qui anime la majorité présidentielle : si les français ont été assez stupides pour croire nos promesses, est-ce vraiment notre faute ?La présidence du pouvoir d'achat reste, en réalité, imperturbablement celle du mensonge de l'Etat.

bourquin 28/10/2008 21:02

Tous les chefs de partis, les patrons de la politique ont leurs relais dans les circonscriptions; qu'il s'agisse de Sarkozy, de Chirac , de Mitterrand et autres Giscard et de Gaulle . Ils sont sujets aux critiques , c'est normal ; mais il ne faut pas oublier leurs représentants locaux ; ceux-là sont , à mon avis , plus dangereux et plus coupables car redevables directement envers les populations qu'elles alimentent de leurs discours. Ce sont eux qui  les premiers  méritent ou des louanges ou des sanctions .