Cessez-le feu sur Gaza

Publié le par PS Charleville

Des témoignages concordants rapportent qu'un convoi de réfugiés Palestiniens encadré par l'ONU a été touché par des obus Israéliens. La Croix rouge a également été empêchée de venir au secours de victimes civiles. La situation dans la Bande de Gaza est révoltante.



A l'instar du PCF et du NPA, le Parti Socialiste de Charleville-Mézières appel au rassemblement de protestation et de soutien au peuple Palestinien.


Rendez-vous place de l'Hôtel de Ville de Mézières, à Charleville-Mézières,

lundi 12 janvier à 18 heures.



Le Parti socialiste a toujours poursuivi une politique pour une paix durable au Proche-Orient fondée sur la création d’un État palestinien viable et l’assurance de la sécurité pour l’État d’Israël, deux États qui coexistent et se reconnaissent mutuellement.

C’est au regard de cet objectif que le Parti Socialiste considère qu’il n’existe pas de solution militaire à cette situation mais seulement une solution politique. Il condamne aujourd’hui fermement l’intervention terrestre israélienne en réponse aux tirs de roquettes du Hamas sur le Sud d’Israël qu’il a toujours condamnés.

Aujourd’hui, l’offensive militaire continue et fait des centaines de morts et de blessés dans la population civile à Gaza, qui connaît une situation humanitaire effroyable. Cette escalade de violence met en danger toute la région, et, au-delà, peut avoir des répercussions jusque dans notre pays.

Le Parti socialiste exige un cessez- le-feu immédiat, un couloir humanitaire, le retrait des troupes israéliennes hors de Gaza, l’arrêt des tirs de roquette sur Israël et l’installation d’une force internationale de protection. Les socialistes demandent au Président de la République et au gouvernement français de porter au Conseil de Sécurité de l’ONU de manière coordonnée avec l’Europe, l’exigence d’une résolution contraignante pour les deux parties sous peine de sanctions.

Le Parti socialiste considère que c’est toute la communauté internationale qui doit se mobiliser pour aider les protagonistes à trouver une solution de paix durable dans la région. Au-delà,le Parti Socialiste souhaite que l’action diplomatique de la France puisse se développer dans le cadre européen et travailler avec la nouvelle administration américaine pour trouver ensemble une solution internationale pérenne au Proche-Orient.




Publié dans PS étincelle

Commenter cet article

Tom- 10/01/2009 15:22

J'ai trouvé une version de la lettre du camarade où il précise sa pensée. Ce que tu objectes est indiscutable.
http://www.europalestine.com/spip.php?article2982

Ceci dit, la lettre date de 2001. La situation a évolué depuis.

Bruno Lamothe 10/01/2009 15:06

Tom,

C'est Nelson Mandela lui-même, qui affirma que la politique menée par l'administration israélienne est une politique d'apartheid. Et, reconnaissons-le, Nelson Mandela sait à peu près de quoi il parle.

Pour l'ONU, ma demande ne tendais pas à "chasser Israël", mais à faire respecter les décisions de l'ONU. Ou alors cette institutions (pour laquelle tu connais mon admiration) n'a plus aucune signification.

Lorsque l'Afrique du Sud viola les résolutions de l'ONU, François Mitterrand, qu'il est de bon ton aujourd'hui de vouer aux gémonies, fit instaurer un blocus, essentiellement politique et militaire. L'impact de ce blocus fut considérable.

J'essaye de ne pas agir sous le coup de l'indignation, mais, plus exactement en fonction d'éléments tangibles. Si l'ONU dit que des crimes de guerre ont été commis à Zeitoun, il me semble que c'est assez grave pour que je puisse les dénoncer.

Cela ne veut pas dire que je soutiens le Hamas, tout comme mon refus de l'invasion américaine en Irak n'était pas motivé par un soutien à Saddam Hussein...

Tom- 10/01/2009 01:08

Salut Bruno.

J'ai la même indignation que toi. Je me méfie de mon indignation. Et du coup je me méfie de mes propres réactions.
On saura sans doute un jour ce qui s'est vraiment passé à Zeïtoun.
Tu remarqueras qu'on a un peu "forcé le trait" sur ce post dont la seconde partie est une reprise de la délibération du Bureau National de la semaine.
Et justement, ce que je reproche un peu à ce texte, c'est de tenter la balance impossible entre Hamas et gouvernement Israélien.
On condamne les bombardements de l'armée MAIS on rappel qu'il y a les tirs de roquettes. L'équilibre n'est pas tenable mais il reste encore des trace de cette sensibilité que nous avions par le passé dans la façon d'aborder le problème. Et en même temps, comment faire autrement que de rappeler que les responsabilités sont partagées ?

Là où je ne suis plus d'accord, c'est sur la référence au régime d'apartheid. Ce qui se passe là-bas est suffisamment singulier pour qu'on puisse se passer de ce genre de comparaison... d'autant plus que ça me semble bien plus morbide, bien plus violent que l'Afrique du Sud d'avant De Cleck et Mandella. En fait, ça n'a rien à voire.

Une dernière chose enfin. Le déni de légitimité de l'autorité Palestinienne, notamment du temps de Yasser Arafat qui a largement contribué à l'impasse politique du côté Palestinien.
Il me semble que ça n'est pas en chassant Israël de l'Organisation des Nations Unies qu'on avancera d'un centimètre dans le règlement politique du conflit, au contraire.

Bruno Lamothe 09/01/2009 21:56

Ce qui s'est passé à Zeitoun démontre que Tsahal est coupable de crimes de guerre d'une atrocité difficilement envisageable.

Cela suffit. Un pays qui ne respecte aucune des résolutions de l'ONU, qui pratique une politique d'appartheid ne doit pas bénéficier, au surplus, de notre aide, ni d'une confortable place aux Nations Unies.

Le gouvernement israélien a les mains aussi sales que le Hamas, et c'est un euphémisme.