Le bidouillage des chiffres du chômage en Mars

Publié le par PS Charleville


En un an, la Champagne-Ardenne enregistre une augmentation du nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi et en recherche active (catégorie A) de 24 % soit 2,6 points d'augmentation de plus que la moyenne nationale qui s'établit à + 21,4 %. Officiellement, l'Etat nous dit qu'il y a 55 500 chômeurs dans notre région.


Au plan national, de Février à Mars 2009, en un mois, l'Etat prétend que notre pays enregistre 63 400 chômeurs de plus pour la catégorie A, 77 000 pour les catégories A, B et C confondues. Ce solde est obtenu par la différence des entrées et des sorties des registres d'inscription au chômage.


Les entrées sont massives, on le sait. Ce qu'on sait moins, c'est que les sorties entre Février et Mars le sont aussi, d'après le tableau "Sorties de Pôle emploi par motif (catégories A, B, C)" En un mois, 27 000 personnes ont quitté les registres de pôle emploi pour défaut d'actualisation (le fait de signaler à pôle emploi que vous êtes toujours en recherche d'emploi). 5 800 personnes sont sorties des statistiques du chômage dans la catégorie "autres cas". Ces variations soudaines de respectivement 15,8% et 13,3% sur un mois sont très étranges puisqu'elles elles expliquent pratiquement à elles seules la variation sur l'année complète.


Que s'est-il passé entre février et Mars qui explique un tel "destockage de chômeur". Si l'un des lecteurs de l'Etincelle a une idée, qu'il n'hésite pas à en faire part en commentaire.


Avançons quelques hypothèses.


Les "défauts d'actualisation".

Hypothèse 1 : Notre pays vit une reprise formidable de l'emploi en Mars et 15,8% de personnes ont oublié de signaler à pôle emploi qu'ils ont retrouvé du travail.

Vous y croyez ? Pas nous.


Hypothèse 2 : Il est possible que de très nombreux nouveaux chômeurs ne soient pas au courant qu'ils doivent actualiser mensuellement leur situation. Ce problème d'information pourrait provenir des difficultés liées à la fusion de l'ANPE et des ASSEDIC : les conseillers emplois n'ont pas pu rencontrer les naufragés de la crise du mois de Février.

Voilà qui est plus probable. Cette hypothèse se vérifiera si dans les mois qui viennent on constate une poussée anormalement élevée de réinscription.


Les "autres cas".

Ces 13,3% correspondent aux décès, aux sorties pour cause de déclaration illisible. Surtout, cela concerne spécifiquement le bassin d'emploi de Charleville-Mézières car cette catégorie de sortie concerne les demandeurs d'emploi de la catégorie D en fin de Convention de Reclassement Personnalisé et les sorties du Contrat de Transition Professionnel. La DARES n'a pas publié les statistiques de sorties département par département, mais on peut parier sans trop s'avancer que les Ardennes pointent dans le peloton de tête des sorties des chiffres du chômage dans cette catégorie.


Si cette hypothèse est valable, alors on peut dire que les dispositifs du type CTP et CRP servent à éviter de gonfler les chiffres du chômage de la catégorie A à l'inscription et à invisibiliser des sorties des chiffres du chômage de la catégorie D dans la plus grande discrétion.


En toute hypothèse, nous assistons à une nouvelle forme de bidonnage des chiffres du chômage.

 

Pour mémoire :

bilan du CTP à Lénoir & Mernier

A Thomé-Génot : Volet 1, Volet 2

Publié dans Entreprises - emploi

Commenter cet article