Services Publics : une offensive sans précédent du gouvernement à Charleville-Mézières aussi.

Publié le par PS Charleville

De l’eau dans le gaz.
 
Depuis 18 mois, la hausse du prix du gaz atteint les 30% alors que GDF a doublé ses bénéfices en 2005 : 1,2 milliards d’euros. Les dividendes distribués aux actionnaires sont désormais plus importants que les salaires versés aux agents. Cette hausse est destinée à rassurer les marchés financiers à la veille de la fusion de Gaz de France avec Suez. Dans le secteur de la distribution de l’eau par des entreprises privées, les bénéfices sont trois fois supérieurs aux autres industries. Le prix de l’eau vendue par Suez est presque toujours plus cher que dans les régies publiques.
 
Monopoly avec le Service Public.

Le gouvernement justifie cette fusion par « patriotisme économique ». Il prétend protéger Suez d’un rachat par Enel, une entreprise d’électricité Italienne. DE VILLEPIN voudrait construire un pôle énergie avec la firme d’électricité belge Electrabel, filiale de Suez. Cette opération conduit à mettre EDF et GDF en concurrence.
C’est n’importe quoi ! On a constaté 48 % d’augmentation du prix de l’électricité dans les secteurs privatisés.
 
L’autorité de l’Etat bafouée.
 
En 2004, Nicolas SARKOZY, alors Ministre de l’Economie, avait déjà ouvert au privé le capital de GDF à 30%. C’était, selon lui, la limite à ne pas dépasser, la garantie contre la privatisation de GDF. Les actionnaires de Suez ont exigé que cette loi soit modifiée. Ce ne sont plus les représentants des citoyens qui font la loi. Ce sont les actionnaires, pour leur seul profit. On voit ce que valent les promesses de SARKOZY et pour qui il gouverne.
 
Les socialistes n’accepteront pas ces logiques financières qui préparent la privatisation de l’énergie.
 
Nous ne voulons pas confier des centrales nucléaires à la bourse.
Nous refusons la dilapidation du service public au mépris de l’intérêt général, au détriment de celui des entreprises et des usagers.
 
  • -> Le Parti Socialiste s’engage à renationaliser à 100% EDF et GDF.
  • Nous constituerons un grand pôle public de l’énergie au service du public.
  • -> Nous garantirons ainsi l’égalité d’accès au gaz et à l’électricité à des tarifs raisonnables et maîtrisés.
  • -> Nous développerons les énergies renouvelables pour réduire la part du nucléaire.
  • -> Nous inciterons les collectivités locales qui souhaitent reprendre le contrôle démocratique de la distribution de l’eau, à retourner en régie publique.
  • -> Nous instaurerons une tarification sociale de l’eau, comme cela existe déjà pour l’électricité.
 
Le gouvernement a annoncé la suppression de 10 000 puis de 15 000 postes dans la fonction publique, dont 9 500 dans l’éducation nationale.
 
Comment ne pas faire le lien entre cette décision et le risque de disparition du collège La Fontaine ?
Le quartier en rénovation va pourtant connaître une augmentation du nombre de ses habitants.
 
Comment oublier les menaces qui pèsent sur les douanes de Charleville-Mézières ?
Le trafic international de marchandises et de voyageurs va pourtant s’accroître avec le prolongement de l’autoroute et l’arrivée du TGV.
 
Comment ne pas voir la relation entre ce type d’annonce et l’attaque contre le dépôt ferroviaire de Mohon ?
Le transport par le rail, tout spécialement pour le fret, devrait pourtant être une priorité écologique. Il est sacrifié.
 
Comment faire l’impasse sur la disparition des bureaux de poste dans les petites communes ?
Les Ardennes rurales ont plus que jamais besoin d’être renforcées pour arrêter la désertification.
 
Comment exiger des entreprises qu’elles développent l’emploi si l’Etat ne prend pas sa part, alors même que le taux de chômage « officiel » à Charleville-Mézières est largement supérieur à la moyenne nationale.
 
 
Le gouvernement justifie sa décision par des contraintes budgétaires. Pourtant, il sait trouver l’argent quand il est question de baisser l’impôt sur les successions, les tranches supérieures de l’impôt sur le revenu, l’impôt sur la fortune ou les taxes pour les actionnaires du CAC 40. En fait, il finance ces « cadeaux » sur le dos des usagers des services publics.
 
Les services publics ne sont pas un luxe, ils sont une nécessité pour accomplir les missions que le privé ne peut pas, ne sait pas prendre en charge. Ils sont nécessaires pour assurer l’attractivité et la compétitivité de nos territoires. Les services publics, c’est la République en actes, pas la République du blabla cher à Nicolas SARKOZY. Ce sont en effet les citoyens qui décident par leurs représentants quels sont les biens publics absolument nécessaires à l’intérêt général.
 
Le Parti Socialiste, pour défendre et promouvoir les services publics.
 
-> Nous proposerons une directive-cadre européenne visant à protéger les services publics et les biens publics, y compris la distribution d’eau.
-> Nous créerons des plateformes qui regrouperont les services et les prestations pour aider les usagers à exercer leurs droits.
-> Après un grand débat national, nous proposerons une loi cadre qui définira les missions, les obligations du service public.

Publié dans Services publics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article