Thomé-Génot en liquidation judiciaire.

Publié le par PS Charleville

La nouvelle a fusé dès 14h 30 dans le hall du palais de justice de Charleville-Mézières, de bouche à oreilles : "c'est foutu, c'est foutu". Personne ne savait d'où l'information provenait certains espéraient encore un plan de sauvetage en provenance de Visteon, le principal donneur d'ordre de Thomé-Génot ; le jour même, un chargement de pôles d'alternateurs a quitté l'usine de Nouzonville. Peine perdue. Peu de temps après, l'avocat des salariés annonçait que Gregory Willis, le Directeur Général de Catalina avait lui-même demandé la mise en liquidation judiciaire de l'entreprise, ne laissant pas d'autre choix au juge que de prononcer la sentance.

Les 320 salariés de la firme continueront donc à toucher un salaire jusqu'à ce qu'ils reçoivent leur lettre de licenciement. A partir de là, une cellule de reclassement se mettra probablement en place. Les salariés et leurs représentants syndicaux semblaient se réserver le droit d'intenter des poursuites à l'encontre de leur employeur. "J'ai rarement entendu des explications aussi floues, aussi peu claires sur les raisons de la fermeture d'une entreprise" déclarait le représentant des salariés avant de conclure "On peut dire qu'aujourd'hui, ATG, c'est finit".

Publié dans Entreprises - emploi

Commenter cet article

Thomas 21/11/2006 09:08

Bonjour Andy. Je vous sent touché profondément. Ce sentimentalisme vous ressemble peu. Merci pour ce texte qui tranche nettement avec la production habituellement plus... (enfin vous voyez ce que je veux dire) de Hirsute. Ca fait plus vrai que vos provocs habituelles. Je suis ontent de voire que vous ne spammez pas vos lien qu'en aveugle sur les forum de France télévision.Ceci dit, comme toujours dans votre rage destructrice, vous vous rendez complice des casseurs d'industrie. Les Thomé-Génot sont des ouvriers en lutte qui ont le plus grand mal à ne pas se laisser enfermer dans la caricature de chômeur en recherche d'emploi. vous ne nous aidez pas beaucoup, mais ce n'est pas le but, bien sûr.

Andy Verol 19/11/2006 20:15

Il n'y a pas de lois pour changer un système. Il n'existe que la radicalité. J'explique mon ressenti sur la question de la fermeture de Thomé-Génot dans les Ardennes:
http://www.blogg.org/blog-50803-billet-du_chômage__de_la_colere_et_des_crs-480162.html