Leçons de Thomé-Génot : une politique industrielle pour Charleville-Mézières. (3)

Publié le par PS Charleville

Lutter contre la mondialisation libérale.

 

Notre crise industrielle est aussi une crise de la mondialisation financière. En érigeant la concurrence en dogme, ce sont les salariés qui seuls en payent le prix, aussi bien comme contribuable que comme travailleurs. La politique de l'euro cher rend très compétitifs les produits financiers mais pénalise fortement l'économie réelle. De même la construction européenne doit être fondamentalement réorientée afin de devenir une Europe solidaire et non plus le cheval de Troie du libéralisme. C'est pourquoi ce sont les élus, garants de l'intérêt général,qui doivent piloter la banque centrale européenne, et non plus des hauts fonctionnaires responsables devant personne, trop sensibles aux banques et aux compagnies d'assurance.

L'exécutif européen doit constituer un gouvernement économique qui coordonnent l'action des différents états, pèse dans les négociations internationales du FMI et de l'OMC.

 

Les salariés de Glaverbel se sont vus proposer entre autre une reconversion en Ukraine pour 150 euros par mois. C'est une obligation légale du groupe qui doit présenter l'ensemble des postes vacants. Mais la provocation est énorme, elle souligne l'importance d'harmoniser par le haut les règles sociales et fiscales en Europe contrairement à ce qui a été fait par le passé. En 2007, la France prend la présidence de l'Union européenne, suivrons les élections au parlement de Strasbourg. C'est cette orientation qu'il faudra imposer.

Publié dans Entreprises - emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article