Sarkozy et les Ardennes qui souffrent

Publié le par Philippe DECOBERT Secrétaire de section

Réponses des socialistes de Charleville-Mézières

 

Bunkerisé derrière 250 policiers, le Ministre de l'intérieur a prononcé lundi un discours "pour la France qui souffre". Lorsqu'on arrive, à grands frais, à mettre un département en état de siège pour protéger un ministre vis-à-vis des élus locaux, des citoyens, des salariés, des agents d'EDF/GDF, des ouvriers de la métallurgie, des pompiers, des parents d'élèves, des jeunes, venus manifester leur colère, le minimum serait de se poser des questions. Il n'en est rien. Monsieur Sarkozy a oublié de prononcer les mots progrès, sécurité, solidarité et protection sociale dans son discours, préférant évoquer longuement l'assistanat. Les chômeurs, les précaires, les retraités, bref la France qui souffre, "la France d'en bas" comme disait l'autre, appréciera. En revanche, Monsieur Sarkozy n'a pas oublié de parler de lui même : il a prononcé 246 fois le mot "je" en une heure, soit un "je" toutes les 14 secondes.

A entendre les propositions concrètes de Monsieur Sarkozy, ceux qui souffrent sont ceux qui ne veulent pas payer l'impôt sur les successions, ceux qui veulent payer moins d'impôt sur le revenu, ceux qui ne veulent pas payer les cotisations sociales et ceux qui comme le numéro deux du gouvernement avant-hier soir, considèrent que "le droit du travail est une régression sociale".

"La dernière des secrétaires" dont parle Monsieur Sarkozy avec tant de mépris sait bien que le pouvoir d'achat, c'est l'augmentation des salaires et non les cadeaux fiscaux pour ceux qui n'en ont pas besoins, l'incitation au surendettement pour les autres. Les socialistes ne l'ont pas oublié.

Publié dans Présidentielles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jo 20/12/2006 15:35

Le post de Rouge-gorge, sur la visite de Sarkozy et la préparation publicitaires des "questions innocentes" posées au ministre-candidat.http://rougesgorges.canalblog.com/archives/2006/12/19/3469970.html