Voeux de Philippe VUILQUE

Publié le par Philippe VUILQUE, Député des Ardennes


Monsieur le Maire et conseiller général,

Cher Benoît,

Messieurs les présidents de communauté de communes,

Mesdames et messieurs les conseillers régionaux et généraux,

Mesdames et messieurs les Maires,

Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs les autorités civiles et militaires en vos grades et qualités,

Mesdames, Messieurs,

Chers amis.

 

C’est avec grand plaisir que je vous présente mes vœux cette année à Haybes, chez mon ami Benoît que je remercie de son accueil chaleureux. Benoît est un Maire et Conseiller Général dynamique et efficace, c’est un homme sur lequel on peut compter, c’est un ami et je m’honore de son amitié. Je vous souhaite à toutes et à tous, du fond du cœur, une bonne et heureuse année 2007, pour vos projets, vos familles et vos proches.

Je souhaite que nous ayons une pensée particulière pour tous ceux qui nous ont quittés : mes amis, mes camarades Chantal Dahout, Fernand Villeval et Gabriel Jably.

Dire à leur famille combien ils vont nous manquer, nous n’oublierons jamais leur gentillesse, leur disponibilité, leur engagement aux services des idées et des valeurs qui sont pour la plupart d’entre nous ici ce soir les nôtres.

Une pensée aussi pour le gendarme de la brigade motorisée de Maubert-Fontaine tué alors qu’il faisait son devoir. N’oublions pas non plus nos soldats en opérations extérieures, souvent humanitaires qui risquent leurs vies pour en sauver d’autres.




Vous le savez notre département souffre économiquement et socialement, cette année 2006 qui s’achève a été l’une des pires pour l’emploi.


Nous avons perdu plusieurs centaines d’emplois industriels en quelques mois en tout ce sont 2 000 emplois perdus en moins de 3 ans et l’avenir reste lourd de menaces : 

  • - Notre taux de chômage reste l’un des plus élevés de France, plus de 13% soit 12 500 demandeurs d’emplois sur le département sans compter les bénéficiaires du CTP, nous ne pouvons nous  résigner à cette situation
  • - Les bénéficiaires du RMI ont augmenté de 6,6% en un an, ce qui représente plus de 7 000 personnes. 
  • - Les offres d’emplois ont régressées de 7,2% de 2005 à 2006.
  • - Le revenu moyen par foyer fiscal est de 17% inférieur à la moyenne nationale. 
  • - Près de 60% des citoyens de la circonscription ne paient pas l’impôt sur le revenu.

Tout ceci est une réalité, elle est brutale.


Nous ne sommes pas uniquement la France qui souffre objet de démagogie électorale, mais la France en colère.

En colère contre certains patrons voyous qui viennent piller nos entreprises et humilier nos salariés. 

En colère contre l’aumône que l’on nous fait (de quelques dizaines de millions d’€uros) alors que Mr Sarkosy, ministre candidat et pompier de service va promettre un milliard d’€uros à la Corse, certes beaucoup plus médiatique que nos Ardennes.

En colère contre une pratique industrielle, une conception de l’entreprise complètement dévoyée dans laquelle les investisseurs ne voient que la rentabilité immédiate au détriment d’un projet industriel et pour lesquelles les salariés ne sont que des variables d’ajustement. 

Cette colère nous l’avons tous exprimée aux représentants de l’Etat. Une fois ce constat fait il faut trouver des solutions pour s’en sortir. Nous ne pouvons le faire que collectivement en nous en donnant les moyens. C’est un plan négocié, je dis bien négocié sur 10 ans qu’il faut pour notre département. Il faut lui redonner des perspectives, travailler sur une diversification économique et investir sur des créneaux d’avenir. Certains ont invoqué un plan Marshall, l’idée est là encore faut il que l’Etat, le Conseil général, le Conseil régional ainsi que les forces vives du département travaillent ensemble ce n’est malheureusement pas toujours le cas.




La manière dont a été géré le conflit de Thomé-Génot montre que nous avons encore beaucoup de progrès à faire.


Dans cette affaire la complicité la duplicité du Gouvernement du conseil général et de la préfecture pour mettre le député de la circonscription et le conseil régional en difficulté n’est pas acceptable. Il ne faut pas que cela puisse ce reproduire.

Je voudrai saluer la lutte et la détermination des salariés de Thomé-Génot ils savent, comme tous les salariés en difficultés,  qu’ils peuvent continuer à compter sur moi.

Je voudrai néanmoins mettre en garde contre un discours défaitiste voir catastrophiste donc d’abandon, donc de désespoir. Certes c’est dur et difficile mais je suis convaincu que nous allons nous en sortir.




Il nous faut redonner espoir et perspective notamment à nos jeunes ardennais.


Nous devons être volontaire et déterminé parce que nous sommes riches de femmes et d’hommes aux savoirs faire et talents multiples. Il faut être ambitieux pour notre département car quoi que l’on en dise l’arrivée du TGV en juin 2007 et l’amélioration de nos infrastructure autoroutières et routières vont nous aider à changer notre image. Le projet du Parc Naturel Régional qui m’est cher et que je compte mener à bien va aussi y contribuer.  L’obtention du label PNR doit faire partie intégrante des négociations futures avec l’Etat dans le cadre du dispositif complémentaire au contrat territorial qui nous a été promis. 

La meilleure défense c’est bien sur l’attaque alors soyons collectivement offensif. J’ai le sentiment de l’avoir été sur le terrain notamment pour l’obtention du contrat de transition professionnelle, dont on voit aujourd’hui l’utilité, ou pour l’amélioration de l’offre de soins dans la vallée avec la mise en place, à la clinique de Givet, de consultation de spécialistes j’attend d’ailleurs toujours que la préfete daigne organiser une réunion sur les problèmes des urgences dans la vallée que nous lui demandons depuis plusieurs mois. .

Offensif aussi pour l’emploi n’en déplaise à certain le conseil régional dont je suis vice président, a permis de soutenir la création de près de 300 emplois dans l’ensemble du département et au travers du budget plus que doublé, la mise en place d’une vraie stratégie de développement de l’économie sociale et solidaire créatrice d’emplois.

Offensif j’ai le sentiment de l’avoir aussi été à l’Assemblée nationale ou j’ai exercé une opposition résolue et sans concession à une politique qui nous mène droit dans le mur.

Il y a les discours et il y a la réalité ; les français le savent. On ne peut affirmer des priorités et ne pas leur donner les moyens. Un exemple, il parait que l’environnement est une priorité, l’actuel majorité a voté un budget totalement indigent pour l’environnement. En matière de logement, le groupe socialiste avait  déposé des amendements pour rendre le droit au logement opposable, Borloo nous avaient répondu que nous étions des farfelus, Chirac lors de ses vœux vient subitement de redécouvrir le problème.... Depuis 5 ans la recherche en France s’est appauvrie, l’industrie est fragilisée, des générations de jeunes n’ont pour horizon que la précarité, le coût du logement a explosé, des enfants ont été chassés de leurs écoles, les grandes avancées sociales comme la CMU sont bafouées et rien, hormis quelques discours, n’a été engagé face à la crise énergétique et au changement climatique. Le défi est immense à nous de le relever.

En fin d’année j’ai eu l’honneur d’être nommé rapporteur d’une commission d’enquête sur les sectes et les enfants, nos propositions vont pour certaines se traduire très rapidement dans la réalité à l’occasion de l’actuel examen à l’Assemblée nationale du projet de loi sur la protection de l’enfance et j’en suis fier.

Etre utile, efficace, pragmatique dans la résolution des problèmes, porter la voie de la circonscription et des ardennais à l’Assemblée, tel est ma tache, j’essaie de la remplir du mieux possible.



L’année qui s’annonce va être une année politique particulièrement riche et chargée.


Présidentielles ; législatives, nous allons être en campagne quasiment pendant 6 mois. Ceux qui sont au pouvoir devront être jugés sur la réalité de leur bilan et sur leurs actes et non sur des promesses tardives et trop précipitées pour être honnêtes.  Nous sentons montrer dans le pays une inquiétude croissante, une colère parfois, une exaspération souvent.

Ce sentiment de ne plus pouvoir maîtriser son existence, de  vivre dignement de son travail, de progresser et d’espérer mieux pour ses enfants est insupportable.

2007 sera une année charnière dans notre histoire politique nous le sentons tous. Vous le savez, j’ai été l’un des premiers à soutenir publiquement Ségolène Royal, peut être parce que ma proximité avec le terrain m’a fait sentir ce profond désir de renouvellement, de changement, de nouveau comportement politique chez nos concitoyens.

Pour la première fois, une femme de gauche avec de fortes convictions peut l’emporter, c’est une espérance pour notre département, pour la France, pour l’Europe.

Le peuple de gauche sait qu’il sera entendu. Ceux qui se gaussent de la démocratie participative, des conférences de citoyens doivent s’interroger plutôt sur le rejet d’une certaine façon de faire de la politique. Beaucoup de nos concitoyens ont le sentiment d’être inutiles, invisibles. Ségolène Royal, la gauche, fait le pari que le peuple pense.

Nous refusons la morbidité du déclin, les sirènes xénophobes, nous devons nous montrer  à la hauteur du défi environnemental, nous devons redonner une fierté et une place digne à chacun. 

Comme vous vous en doutez, je préfère « l’ordre juste », le « désir d’avenir»  à la rupture « tranquille» parce que la rupture avec celui qui l’incarne ou prétend l’incarner, sera beaucoup de chose sauf tranquille.

Évitons-nous les aventures, évitons-nous le néoconservatisme ravageur de la filiale française de la BUSH compagnie. En ce qui me concerne je mettrai tout en œuvre pour faire gagner Ségolène et toute la gauche.  


Après les présidentielles il y aura les législatives. Là aussi la majorité actuelle devra rendre des comptes. Comme vous le savez j’ai été investi par mon parti pour retourner à la bagarre et j’en suis très  honoré. Il faudra là aussi voter utile dès le premier tour. La droite dans la circonscription est divisée c’est son affaire !

Quant à l’extrême droite se nourrissant des difficultés économiques sociales ainsi que des idées simplistes, démagogiques et xénophobes elle risque encore de faire un score important alors soyons vigilants. Nous gagnerons aux présidentielles comme aux législatives si la gauche, toute la gauche se serre les coudes et nous en sommes capables, ne ratons pas l’occasion qui nous est offerte.

Avant de vous présenter une petite vidéo retraçant succinctement mon activité parlementaire,  je tiens à remercier mon équipe Chantal, Elisabeth et Valérie, mes enfants qui acceptent la vie que je leur fais mener, Charlène qui a activement participé à la réalisation de cette vidéo, Brian et mon petit Scott mais aussi Augustin pour la fédération et Daniel Titeux qui va une fois encore être à mes cotés lors de la campagne électorale. Merci à tous les militants pour leur confiance et leur détermination, je sais que je peux, que nous pouvons compter sur eux.

Je ne peux terminer ce discours sans une citation de Jaurès. 

« Il ne faut avoir aucun regret pour le passée, aucun remords pour le présent mais une confiance inébranlable pour l’avenir ».


J’ai une confiance inébranlable en l’avenir.

Merci de votre attention et encore meilleurs vœux pour 2007 en espérant vous retrouver une fois encore en 2008.

Je vous souhaite à toutes et tous  une année Royale.

Publié dans PS étincelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article