Voeux de Claudine Ledoux pour l'année 2007

Publié le par Claudine LEDOUX, Maire de Charleville-Mézières

Je vous souhaite la bienvenue à toutes et à tous.

Je veux tout d'abord adresser à chacune et à chacun d'entre vous, à votre famille et à ceux qui vous sont proches, à l'ensemble des carolomacériens et des ardennais, mes meilleurs voeux de santé, mes meilleurs voeux de réussite professionnelle et d'épanouissement personnel.

J'ai une pensée particulière pour toutes les personnes qui sont seules, pour celles qui souffrent de la maladie, pour celles et pour ceux qui sont sans emploi. L'avenir leur paraît bien sombre. Je forme le voeu que l'année 2007 leur apporte de nouvelles raisons d'espérer et que leur situation s'améliore.


Je veux également saluer ce soir la mémoire de Gabriel Jably, notre ami très cher, notre collègue du Conseil Municipal dont il était le doyen. Gaby nous a quittés le 31 décembre dernier. J'ai exprimé à son épouse Monique et à sa famille toute la reconnaissance des carolomacériens pour l'immense dévouement de Gaby. Gaby se dépensait sans compter pour notre ville, au sein de l'Office municipal des sports, au conseil d'habitants du secteur de mohon et de la Ronde Couture, au Conseil d'administration du SARC et dans les diverses instances et commissions où il démontrait son sens profond de l'intérêt général et son attachement aux valeurs de justice et de progrès social.

Gaby était l'un des piliers de l'Entente sportive de Charleville Mézières, il exprimait au contact des jeunes ses grandes qualités de coeur et son énergie inlassable. Son exemple et son souvenir nous éclairent pour très longtemps.


Aujourd'hui notre pays vit une période difficile. La précarité est devenue le lot quotidien de millions de nos concitoyens, les restos du coeur s'apprêtent à distribuer cet hiver plus de 20 millions de repas.


La précarité frappe les chômeurs, elle atteint aussi les travailleurs à temps partiel non choisi, et l'on voit apparaître une nouvelle catégorie, celle des travailleurs pauvres, les travailleurs dont les revenus ne leur permettent même plus d'assurer leurs besoins vitaux quotidiens: le logement, la nourriture, le transport. Les travailleurs pauvres sont plus de 7 millions aujourd'hui dans notre pays et dans le même temps on constate que les inégalités de revenus s'accroissent de manière vertigineuse.


Un profond sentiment d'inquiètude gagne l'ensemble de nos concitoyens. Près d'un français sur deux pense qu'il est tout à fait possible qu'il se retrouve un jour à la rue. Les familles sont angoissées. Pour la première fois, chacun pense que ses enfants vivront moins bien que lui. Le monde semble rongé par la compétition et l'égoïsme, la dégradation de notre environnement fait peser de grandes menaces sur notre avenir.


Notre département est particulièrement frappé. La situation sociale continue de se détériorer, le nombre de personnes allocataires du RMI s'élève à plus de 7000 dans les Ardennes. Le nombre de personnes allocataires dans les Ardennes ne cesse pas de grimper depuis 2001, à raison de 5 à 7% de hausse chaque mois, par rapport aux mois de l'année précédente.

Le taux de chômage atteignait en fin du 3ème trimestre 2006 selon les derniers chiffres de l'INSEE 12,2% dans les Ardennes, alors qu'il était de 9,1% en Champagne Ardenne et de 8,8% pour la France. La différence se creuse donc encore entre notre département et le reste du Pays. La situation économique des ardennes connaît une nouvelle crise. C'est maintenant le secteur de la sous-traitance automobile qui est touché.


Nous avons déjà perdu près d'un millier d'emplois, nous pourrions encore en perdre autant dans un proche avenir, et les pertes d'habitants se poursuivent.


J'arrête là ce sombre tableau. Il ne doit pas nous conduire à un pessimisme exagéré, il ne doit surtout pas nous contraindre à la résignation. Loin de là, bien au contraire, les difficultés doivent nous réunir et nous donner des raisons supplémentaires de nous engager.


Avec mes collègues maires et élus municipaux des principales communes ardennaises, nous avons appelé à la mobilisation. Nous nous sommes rendus à Paris, et nous avons été reçus et écoutés à l'Elysée. Nous avons demandé une pleine solidarité nationale pour les travailleurs licenciés et pour les communes. Nous avons réclamé que les communes et que notre communauté d'agglomération soient consultées et associées à un véritable plan de redynamisation pour les Ardennes . Nous avons reçu la bonne nouvelle que nous serons associés à la définition du contrat de développement économique pour notre département et je me réjouis que nous ayons été entendus. J'espère aujourd'hui que le soutien sera bien à la hauteur des engagements et des exigences de la situation.


Pour ma part, je n'oublie pas non plus l'adage bien connu : aide-toi et le ciel t'aidera. Si les maires n'ont pas compétence à créer de l'emploi, ils ont cependant quelques leviers pour soutenir les chômeurs et pour favoriser les conditions d'un nouveau développement.


Notre ville développe une solidarité active pour les demandeurs d'emploi, pour améliorer leur accueil et pour faciliter leur parcours d'orientation et de réinsertion, avec la maison de l'emploi, avec le plan local pour l'insertion et l'emploi, avec le projet de développement d'activités dans le cadre de l'économie sociale et solidaire dans le quartier de Manchester.


A Charleville-Mézières, nous avons pris le parti de consacrer toutes nos forces pour préparer l'avenir. C'est une ambition que nous conduisons dans un contexte très difficile pour les communes. Nous subissons les conséquences budgétaires du désengagement de l'Etat et des retards dans le versement de ses subventions qui pèsent très lourdement sur notre budget avec la hausse des taux d'emprunt. Malgré cela, par une maîtrise encore renforcée de nos dépenses de fonctionnement, nous allons consacrer en 2007 un montant inégalé de 28 millions d'Euros à nos investissements. L'année 2006 avait déjà représenté un record avec 26 millions d'euros.


Notre objectif, c'est de renforcer encore Charleville-Mézières dans son rôle de capitale du département et de pôle d'équilibre du développement régional.


Capitale du département, car les Ardennes ont besoin de s'appuyer sur un socle urbain capable d'assurer les services et les équipements nécessaires à un nouveau développement. Il faut aux Ardennes une ville qui attire et qui entraîne. Dans ce sens, nous poursuivons la réalisation d'équipements structurants et modernes, qui répondent aux besoins actuels des carolomacériens et des ardennais.

La médiathèque est en cours de construction, et nous engageons cette année les études nécessaires au transfert de la MJC Gambetta.

La MJC va voir tripler sa surface, elle rejoindra la médiathèque Place Jacques Félix pour constituer un nouveau pôle culturel de rayonnement national, et même international avec la valorisation du fonds Rimbaud et l'adjonction future des arts de la marionnette. C'est un nouveau secteur de la ville qui se développe, comme se développe le secteur place de Nevers – ZAC Montjoly.

Le marché couvert a ouvert ses portes, notre marché retrouve un nouveau dynamisme et le quartier de Nevers avec lui. C'était un équipement attendu depuis longtemps par les carolomacériens, comme notre autre serpent de mer local, je veux parler du parking souterrain. Ces deux réalisations faisaient partie de nos engagements, et nous les réalisons pour donner à notre centre-ville commerçant de nouvelles possibilités d'activité.


Nous investissons également dans la rénovation de nos quartiers. Les travaux sont déjà bien engagés à la Houillère. C'est un quartier qui est aujourd'hui métamorphosé.

Les quartiers de la Ronde-Couture et de Manchester vont maintenant suivre, nous devons signer très bientôt la convention avec l'ANRU. Nous nous dirigeons résolument vers l'objectif que nous nous sommes fixés d'assurer un développement équilibré de notre ville dans toutes ses composantes et dans tous ses quartiers.

Nous n'oublions pas nos quartiers anciens. Notre ville a une histoire originale et nous avons fêté l'an dernier le 40ème anniversaire de la fusion. La diversité de ses quartiers fait toute la richesse de Charleville-Mézières, et nos anciennes communes méritent d'être mieux connues et valorisées.

C'est tout le sens de « Charlevillages », de notre fil conducteur pour cette année. L'année Charlevillages concerne particulièrement nos anciennes communes d'Etion, de Mohon, de Montcy Saint Pierre et du Theux. Elle va nous permettre de réunir les carolomacériens autour de leurs racines, de mettre en valeur un patrimoine souvent trop méconnu, de raviver des fêtes anciennes, autant d'occasions de développer la convivialité et le bien vivre ensemble.


Enfin, nous continuerons de développer l'attractivité de notre ville. C'est un effort engagé depuis plusieurs années maintenant, c'est un effort qui demande de la constance et de la persévérance. Notre département souffre trop souvent d'une image négative, nous voyons combien cela nous est préjudiciable.

Charleville-Mézières est aujourd'hui une ville mieux connue. L'année Rimbaud, le Festival International de la Marionnette y ont contribué. Rimbaud et la marionnette , ce sont nos deux atouts maîtres, les deux cartes majeures dans notre main et nous les valoriserons encore. Nous disposons aussi d'un joker supplémentaire, notre reconnaissance de ville la plus sportive de France et l'excellence de nos associations et de nos clubs

L'accueil d'un événement sportif médiatisé dans le monde entier comme le Critérium International de Cyclisme contribue fortement à dessiner une image très positive de notre ville.


Cette année, le 10 juin exactement, le TGV entrera en gare de Charleville-Mézières. Le TGV nous place à 1 h 30 de Paris, il nous relie au réseau TGV national. Il nous rapproche des autres, il rapproche les autres de nous et d'un territoire où il était dit que l'on n'arrive jamais. Cette proximité nouvelle va favoriser les échanges et les flux, et rendre notre ville et notre département plus attractifs. C'est un nouvel outil au service de notre développement et au service de la diversification nécessaire de nos activités. Charleville-Mézières doit encore renforcer sa vocation de pôle de commerce et de services et développer en particulier son secteur tertiaire.


A cet égard, la Communauté d'Agglomération-Coeur d'Ardenne constitue un levier de développement.



Le projet d'agglomération dont la mise en oeuvre a commencé et qui se poursuivra sur les dix à quinze ans à venir vise à transformer structurellement notre territoire et à mieux valoriser nos atouts.

Nous avons défini une véritable stratégie d'action qui peut inverser la tendance, une stratégie d'action visant à favoriser le dynamisme de notre économie et à enrayer le déclin démographique.


Renforcer l'agglomération de Charleville-Mézières, c'est renforcer les Ardennes. Je l'ai dit, notre département a besoin d'un pôle urbain fort pour faire face à la concurrence des territoires.

C'est l'enjeu essentiel de notre projet d'agglomération.

Le développement économique est véritablement au coeur de ce projet. Certes, les collectivités ne créent pas directement de l'emploi, ce qui est le rôle des entreprises, mais elles peuvent créer un environnement favorable à l'accueil d'activités nouvelles.



C'est tout le sens de l'effort que Coeur d'Ardenne entend porter sur l'aménagement de zones d'activités de qualité. Une opération de ce type est déjà engagée sur la zone du Val de Vence. Cette zone sera l'une des plus attractives du département, au pied d'une échangeur autoroutier, en entrée de ville, à proximité du pôle universitaire et avec un classement au moins partiel en zone franche.


Nous réfléchissons par ailleurs au désenclavement de l'actuelle zone de Mohon qui pourrait opérer une jonction avec cette zone du Val de Vence.


Le site de la macérienne devrait connaître lui aussi un nouveau développement, qui pourrait amener de nouvelles activités de services dans le quartier de Mézières, tout en mettant particulièrement en valeur cet exemple très interessant de notre patrimoine industriel, à deux pas du coeur historique de Mézières.



Dans la foulée de l'arrivée du TGV, la zone de la gare est également appelée à devenir un pôle économique puisque nous allons y susciter l'implantation de plusieurs milliers de mètres carrés tertiaires. Une étude sur le potentiel du quartier des Forges-Saint-Charles est également lancée.


Nous devons soutenir, conforter, nos emplois industriels, qui demeurent la pierre angulaire de notre savoir-faire. Pas question de prôner les Ardennes vertes. Il n'empêche que nous devons aussi diversifier notre économie, développer, comme je l'ai dit, le secteur tertiaire largement sous-exploité et entreprendre une véritable politique d'offre touristique.


Toutes ces impulsions nouvelles sont désormais possibles grâce aux moyens supplémentaires dont nous nous sommes dotés par le biais de la Communauté d'Agglomération. Nous pouvons envisager aujourd'hui des investissements dans des équipements structurants qui amélioreront aussi l'attractivité de notre territoire.


Enfin, non seulement pour conclure mon propos mais surtout pour ouvrir l'année nouvelle, je vous dirai que nous plaçons l'année 2007 sous le signe de la jeunesse. Charleville-Mézières est une ville jeune, elle est ville amie des enfants. Nos enfants et nos jeunes sont le coeur de nos préoccupations, c'est pour eux que nous travaillons au présent, c'est pour eux que nous préparons l'avenir.


Nos efforts pour les jeunes carolomacériens seront poursuivis. Nous disposons de crèches de très haute qualité pour les très jeunes carolomacériens. Le personnel des crèches municipales est très attentionné et très compétent et nous pouvons satisfaire toutes les demandes d'accueil. C'est un service essentiel pour les familles carolomacériennes et nous continuerons de promouvoir tout son apport éducatif.

Nous poursuivons aussi les efforts engagés depuis plusieurs années maintenant pour améliorer les conditions d'accueil et de travail des élèves dans nos écoles. Toutes nos écoles ont été pourvues de matériel informatique et nous sommes maintenant en passe d'achever le renouvellement complet du mobilier scolaire.

Nous mettons en oeuvre cette année le projet de réussite éducative à la Ronde-Couture pour épauler les élèves en difficulté et pour soutenir les familles dans leur rôle parental. Personne ne doit être abandonné sur le bord du chemin et les familles qui rencontrent des difficultés particulières dans l'éducation de leurs enfants doivent être accompagnées le plus tôt possible lorsqu'elles le souhaitent.


Nous travaillons aussi la possibilité d'une nouvelle aide pour les jeunes étudiants. Nos étudiants doivent le plus souvent se déplacer et se loger à l'extérieur du département. C'est un handicap supplémentaire et de lourdes charges pour eux-mêmes et leurs familles. Le développement de l'enseignement supérieur à Charleville-Mézières est une réponse, comme le sera cette aide dont le CCAS doit définir la meilleure pertinence et la faisabilité.

Enfin , nous soutiendrons les initiatives de nos jeunes associations. Les jeunes carolomacériens sont dynamiques, ils sont entreprenants, surtout ils aiment leur ville. Ils fourmillent d'idées et de projets et ils font preuve d'un engagement citoyen et responsable. Leur générosité devrait nous inspirer plus souvent car ils s'engagent pleinement pour les grandes questions d'aujourd'hui, comme l'environnement et le développement solidaire. Notre jeunesse est notre plus précieux capital, c'est aussi notre meilleure raison d'optimisme pour l'avenir.

Je vous remercie de votre attention.

 

Publié dans Charleville-Mézières

Commenter cet article