Le Stade Salengro de Charleville-Mézières rebaptisé

Publié le par PS Charleville

Dans son discours de Lille, Nicolas Sarkozy évoquait Roger Salengro, le Ministre de l’intérieur du Front Populaire et Lillois. Il est heureux que le candidat de l’UMP évoque les mannes des personnalités de gauche de cette époque ; celles de droite ne sont vraiment pas reluisantes.

Fort logiquement, Gilles Pargneaux, premier secrétaire de la fédération du Nord du PS, a répliqué par un communiqué où il indique que les 12 000 militants nordistes sont «révoltés par les propos inadmissibles de Nicolas Sarkozy».
« En tenant un tel discours, il salit la mémoire de Roger Salengro, Ministre de l’Intérieur du Front populaire au côté de Léon Blum, victimes tous deux de la calomnie, calomnie qui a poussé Roger Salengro au suicide.
À l’époque, Henri Becquart, député de Lille-Lambersart, élu de droite, fut à l’origine de ces accusations (de désertion) calomnieuses et mensongères.
Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy pourrait être l’héritier politique de Monsieur Becquart. »
Et de souligner qu’à Neuilly, ville du candidat de l’UMP, « il n’y a pas de rue Salengro, ni d’avenue, ni de stade ».

En revanche à Charleville-Mézières, nous avons bien un stade Salengro, que Madame Poletti s’est empressé de rebaptiser « capucines » dans son premier tract alors qu’elle tentait de localiser la salle des nouvelles cultures urbaines.

Quand Nicolas Sarkozy donne des leçons de morale et d’histoire, manifestement, il n’est même pas écouté par ses propres partisans.

Publié dans PS étincelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article