Salaires : Bayrou un candidat contre le pouvoir d'achat.

Publié le par PS Charleville

François Bayrou est opposé à l'augmentation du SMIC, il l'a déclaré lors de sa conférence de presse du 23 février. En revanche, il est favorable à une baisse sans condition des cotisations qui financent nos régimes de protection sociale et sont principalement payées par les employeurs.

Nicolas Sarkozy tout comme François Bayrou prétendent que les français doivent travailler plus pour gagner plus.
Pour augmenter les salaires, François Bayrou compte sur le « jeu libre des heures supplémentaires pour gagner plus ». Pour cela, il souhaite qu'au-delà de 35 heures hebdomadaires de travail, on augmente la majoration sur les heures supplémentaires à 35% en compensant par une baisse supplémentaire des cotisations sociales. Pour la droite UMP ou UDF (c'est pareil), la sécurité sociale constitue une sorte de trésor caché dans lequel on peut puiser sans fin, au mépris du "trou" qu'ils ne cessent de creuser tout en le dénonçant depuis qu'ils sont aux responsabilités.

Pour les salariés, la mesure Bayrou sur les heures supplémentaires est une supercherie.

De 35 à 39 heures, les heures supplémentaires sont déjà majorées. Sa proposition permettra de gagner 85 centimes par heure supplémentaire, soit 14 euros par mois en moyenne.
Pour les salariés qui font plus de quatre heures supplémentaires par semaine, la mesure de Bayrou les ferait retomber à 25 % de majoration entre 39 heures et 43 heures. Il y a de fortes chances pour que les employeurs en profitent. Avec Bayrou comme avec Sarkozy, c'est "travailler plus pour gagner moins". D'ailleurs l'UDF a voté pour le maintient à 10% de la majoration des heures supplémentaires dans les entreprises de moins de 20 salariés alors que les lois Aubry prévoyaient un retour des majorations à 25%.
Dans les vraies entreprises -et non pas dans les paradis libéraux qu'imagine François Bayrou- ce sont les employeurs, pas les salariés, qui choisissent les heures supplémentaires.
Cette proposition de la droite –travailler plus pour gagner plus- est aussi une véritable insulte à l'intelligence du million et demi de citoyens qui travaillent à temps partiel et souhaitent travailler à plein temps.

L'augmentation du pouvoir d'achat, c'est la hausse symbolique des petites pensions de retraites de 5% (50 euros par mois) dès le mois de juillet 2007 proposée aux français par Ségolène Royal, c'est une grande conférence salariale pour élever toute l'échelle des salaires et des retraites
.

Publié dans Entreprises - emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article